Les examens biologiques en gériatrie

Les examens biologiques en gériatrieLes examens biologiques en gériatrie

Les examens biologiques font partie intégrante de l’exercice de la gériatrie au même titre que les autres spécialités d’exercice médical. La population de sujets âgés se caractérise sur le plan statistique par une grande hétérogénéité, fruit de la génétique, de l’environnement particulier à une cohorte d’âge, et de l’histoire de chaque individu. Il résulte sur les valeurs biologiques une grande disparité. Parmi les conséquences de cette constatation, il convient de souligner que la répartition des valeurs dans une population de sujets âgés est souvent différente de celle d’une population d’adultes jeunes. La remise en cause des conditions de définition des valeurs normales et anormales de paramètres biologiques et leur signification peut être modifiée au grand âge et impose une définition spécifique en regard :

1) de la répartition des valeurs biologiques dans la population,

2) des valeurs limites,

3) de leur signification en fonction des circonstances pathologiques.

L’Agence Nationale d’Accréditation et d’Évaluation en Santé (ANAES) a ainsi émis des recommandations sur la lecture de l’hémogramme comportant des définitions spécifiques pour le sujet âgé très utile pour l’exercice médical et pour l’établissement de protocoles de recherche. La gériatrie, qu’elle soit pratiquée pour des sujets âgés à domicile ou dans des institutions médico-sociales ou sanitaires, exige un accès aux examens biologiques courants. La réduction de mobilité du sujet à son domicile impose le déplacement du personnel soignant pour le prélèvement et une parfaite relation entre laboratoires d’analyse et médecin traitant. En institution, tout ce qui gêne l’accès aux examens biologiques, obstacles financiers ou liés au personnel soignant et médical, limitera l’utilisation des examens biologiques dans la pratique clinique et sera un facteur de réduction de la qualité des soins. La surveillance du ionogramme sanguin et de la créatinémie en cas de risque de déshydratation, ou de surveillance de traitements médicamenteux est un exemple connu d’examens biologiques indispensable à la pratique de la pratique médicale pour les personnes âgée. Le retard à la prescription et à la réalisation de ces examens (les deux étant souvent liés) conditionnera la gravité des accidents, le recours aux soins hospitaliers dans le cadre de l’urgence et alourdira les conditions sanitaires et financières du suivi des personnes âgées. Les recommandations à visée de régulation des dépenses de santé ont insisté sur la nécessité de réduction de certains examens biologiques injustifiés, les propositions de réalisations d’examens biologiques indispensables n’ont quant à eux fait l’objet que de conseil sans les intégrer dans une démarche de qualité et de sécurité. Il conviendrait d’affirmer la nécessité de réalisation de certains examens dans certaines circonstances ou dans le suivi de traitement particulier. Dans certains domaines de pratique gériatrie, les examens biologiques peuvent intervenir comme paramètres plus spécialisés dans l’utilisation d’un cours d’élaboration. Ainsi, dans le domaine de la nutrition, certains dosages peuvent aider à dépister des patients nécessitant une prise en charge alimentaire ou imposant une adaptation thérapeutique.

Trois propositions peuvent être ainsi présentées : –

1) poursuivre la définition des valeurs normales et leur signification chez la personne âgée pour les examens les plus usuels ;

– 2) établir des recommandations claires et pratiques de prescription d’examens biologiques indispensables à la qualité des soins et au suivi des personnes âgées ;

– 3) Aider la recherche clinique sur l’utilisation des examens biologiques, dans le cadre de syndrome gériatrique comme la dénutrition, les marqueur pronostiques, des paramètres de diagnostic précoce au stade infra-clinique.

Be the first to comment on "Les examens biologiques en gériatrie"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*